À 18 ans, le Toucycois Xavier Bouché-Pillon lance sa première collection de vêtements écologiques

“En attendant une alternance dans le domaine de la gestion de PME, je vais continuer pendant un an, pour ainsi dire, sans rien. J’ai sorti ma première collection avec mon site en tant qu’auto-entrepreneur “, explique l’ancien élève de terminale STMG (Sciences et Gestion et Techniques de Gestion), au Lycée Pierre-Larus.

100% made in France en temps “impossible”

Pour son immersion dans la vie active, Xavier prône un univers textile « très fleuri », dans lequel se mêlent graffiti et nature, urbanisme et écologie. Le 20 octobre 2022, il lance sa première collection de mode, Blossom. “Il a quatre produits : une casquette, deux tee-shirts et un pull”, présente le patron de 18 ans. La fusée du premier étage était destinée à financer sa plateforme de vente. Selon la loi, où est sa griffe ? “J’ai une micro-entreprise simplifiée. Par contre, je n’ai pas encore déposé ma marque.

Lire Aussi :  Aux Arts et Métiers, le bachelor qui valorise le bac STI2D

Prochaine étape pour Xavier Boucher-Pion, qui s’appuie sur un distributeur au Mans : se lancer dans la sérigraphie. “Actuellement, j’achète des cadres, de la peinture. Je vais chez un fournisseur qui se procure des textiles. Je lui envoie un dessin, il l’imprime et me le renvoie. Plus tard, j’aimerais le faire moi-même. Cette étape. Ce serait la seule chose que je n’ai pas assez.”

Services – à Blanes, un délégué du Défenseur des droits intervient désormais à Maison France Services

Valeurs environnementales

L’aventure a conforté le jeune homme dans les valeurs environnementales qu’il défend. “J’ai vu les chiffres terribles des grandes marques et j’ai décidé ce que j’aimais. Tout cela m’a fait prendre conscience de l’importance de l’écologie dans les vêtements. C’est pourquoi j’ai choisi du coton bio pour des T-shirts ou une casquette venue d’Italie. Avec mon budget (1500€ en ce moment, ndlr)Je ne peux pas compter uniquement sur du made in France, c’est impossible”, avoue clairement le créateur tucycois.

Lire Aussi :  Ambre Aulas, nouvelle reine du Carnaval de Chalon-sur-Saône : «Ce moment restera à jamais gravé dans ma tête»

En route vers les sponsors et partenaires, l’étudiant se dit déjà connecté à l’infrastructure de Stripe Climate. “De chaque achat sur mon site, un pourcentage est reversé. Ils font des recherches scientifiques sur les émissions de CO2.”
En revanche, la participation à des événements promotionnels n’est pas à l’ordre du jour. Une structure sans sauts d’étapes prévaut. “J’y ai pensé, mais maintenant je préfère avoir une image de marque et commencer à fabriquer des produits.”

Un passif qui s’est “étendu”

En plus des startups de vente en ligne, Xavier travaille sur une variété de designs. On pourrait, par exemple, équiper la section volley de l’US Toucy, et pourquoi pas l’Arians Cup, la course en mer créée par son grand-père.

Lire Aussi :  Livraison efficace d'ARNm par des lipides ramifiés

En 2023, il sera temps d’entamer son BTS management des petites et moyennes entreprises (PME) en alternance. “J’ai encore le temps de changer, mais au bout de ces deux années, je pense que je suis totalement engagé dans la marque.”

“Des autocollants non plastifiés, du ruban adhésif recyclé à 99%”, des emballages en papier kraft ou encore des cartes de remerciement faites à la main. L’engagement pour le respect de la planète “a considérablement augmenté” chez le bénévole Xavier. “Je veux montrer aux gens qu’il faut prendre soin de ses vêtements, être beaux pour eux, même si cela implique d’en payer le prix.”

informations. Au 06.72.76.66.82, à [email protected] ou à spike-shop.net.

prime Commerce – une nouvelle pâtisserie a ouvert à Fontenoy

Vincent Thomas
[email protected]

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button