Air France, easyJet… Des vacances de Noël gâchées par les grèves dans l’aérien?

La pression monte à nouveau du côté des syndicats du personnel navigant, notamment sur les salaires et les conditions de travail.

Après un été de grèves consécutives des compagnies aériennes européennes, célébrer la fin de l’année peut aussi être un cauchemar pour les Français qui envisagent de prendre l’avion pour leurs vacances.

Les avertissements de grève et les menaces se multiplient pour exercer une pression supplémentaire sur la direction. Rappelons que la période des fêtes de fin d’année est cruciale pour le secteur aérien qui se remet doucement de la pandémie de Covid-19.

sur AirFranceLes syndicats de personnel navigant UNAC et SNGAF ont déposé un préavis de grève pour une période du 22 décembre au 2 janvier dans le cadre d’un conflit du travail concernant une convention collective pour les hôtesses de l’air et les hôtesses de l’air.

Lire Aussi :  Delbert, sauveteur de médicaments en détresse

“Cet avis doit servir d’avertissement à notre direction”, a déclaré le syndicat dans un tract publié mardi. “Si cet avertissement n’est pas entendu, seule une forte mobilisation pourra faire pencher la balance.”

“Mise en garde”

L’UNAC et le SNGAF dénoncent l’absence d’accord prolongeant la convention collective au-delà de son terme et sanctionnent une “transition pure et simple” par une “instruction”.

“C’est inadmissible d’être à la merci d’une direction qui peut tout changer dans notre métier d’un trait de plume”, écrivent les syndicats.

“Nous sommes malheureusement face à une direction qui ne comprend que les rapports de force, même si elle a pris le risque de réduire l’activité à un moment aussi important que cette fête de fin d’année”, poursuivent-ils.

Air France a déclaré dans un communiqué avoir “reçu un préavis de grève”. “La société est surprise par cette nouvelle au moment où de nouvelles négociations pour renouveler le contrat PNC sont en cours depuis fin septembre et devraient se poursuivre au-delà de janvier 2023.”

Lire Aussi :  le taux du livret A passera de 2% à 3% au 1er février, annonce Bruno Le Maire sur France 2

Du côté d’EasyJet, les hôtesses de l’air et les hôtesses de l’air ne finiront jamais. Dans un communiqué, le SNPNC-FO, le Syndicat national des hôtesses et stewards commerciaux, prévient que “le risque d’arrêt de travail des hôtesses et stewards commerciaux pendant les fêtes de fin d’année en raison des négociations salariales est très élevé”. .

“La grande pause”

“Après plus de deux ans de gros efforts des hôtesses et stewards en France, nos conditions de travail se sont dramatiquement détériorées à cause de graves erreurs stratégiques, dont la seule direction est responsable, easyJet propose cette année une augmentation de salaire qui ne couvre même pas l’inflation et rejette des éléments clés de nos revendications », lit-on.

Lire Aussi :  Un supermarché "5 à 10 % moins cher" : qu'est-ce que Toujust, l'enseigne aux prix cassés qui débarque à Alès ?

“Nous alertons nos passagers sur le risque de perturbations massives en fin d’année, afin que nos clients puissent déjà s’organiser. Si la direction d’easyJet maintient sa position, elle sera responsable des perturbations auxquelles nos clients sont confrontés.” SNPNC-FO .

Les bouleversements sociaux se poursuivent dans le reste de l’Europe. Avec un exemple TAP AirPortugal a annoncé mercredi l’annulation de 360 ​​vols (soit 50 000 passagers concernés) en prévision d’une grève de deux jours du personnel de cabine prévue les 8 et 9 décembre pour protester contre les baisses de salaire.

La grève intervient dans le contexte de l’échec des négociations sur un nouvel accord d’entreprise entre la TAP et le personnel de cabine dont le syndicat rejette une réduction de salaire.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button