Amnesty international a pu transmettre ses messages

Animation. Evénement à ne pas manquer, le salon du livre d’Amnesty International est l’occasion pour le public de remplir sa bibliothèque mais aussi pour la société de sensibiliser et d’informer adultes et jeunes sur les différentes démarches réalisées au cours de l’année.

Organisé de concert avec Liens 52, Artisans du monde et Secours populaire, le salon du livre d’Amnesty International, qui se déroule jusqu’au dimanche 13 novembre, est pour l’instant un véritable succès. En effet, dès le vernissage le vendredi 11 novembre en début d’après-midi, le public était au rendez-vous. Bonne affluence confirmée ce samedi 12 novembre où les salles panoramiques de l’Espace Jean-Favre étaient toujours pleines tout au long de la journée.

Lire Aussi :  Guerre en Ukraine : Poutine critiqué par le chef du groupe Wagner pour les erreurs militaires du Kremlin

Romans, livres de bricolage, manuels scolaires ou livres anciens, l’éventail des ouvrages proposés était pour le moins large et chacun, quel que soit son âge, pouvait trouver de quoi occuper les soirées lecture. En plus de renouveler sa bibliothèque à moindre coût, le salon Amnesty est aussi l’occasion pour la société de faire passer différents messages.

Ainsi, sur son stand, l’ONG avait fourni des pétitions et informé le public sur les actions que l’association défend au niveau national. Alors s’en tenant à l’actualité, une pétition a été signée par le public pour inciter la Fédération française de football “à ramener la coupe à la raison”, une référence au contexte social et humain lié à la prochaine coupe du monde qui s’est déroulée au Qatar.

Lire Aussi :  Nancy Pelosi témoigne après l’agression de son mari

Dans un autre registre, l’association a aussi tenté de sensibiliser l’opinion publique à la peine de mort et à la liberté réduite par l’usage du traçage numérique que certains Etats sont tentés de faire supporter à leurs populations. Des pressions sociales que l’ONG a longtemps démenties.

Un peintre congolais pour colorer la foire

Au-delà des pétitions et des livres, ce salon d’Amnesty a aussi permis à Cédrik Dyavona Juzolana, peintre congolais, de présenter ses toiles. Cet artiste, sculpteur de formation, est arrivé en France en février dernier en tant que réfugié. S’exprimant à travers ses créations, le jeune homme évoque avec ses acryliques et collages de paille des thèmes tels que son village natal, les animaux que nous devons protéger ou encore le continent africain qu’il détient et qui malgré sa richesse ne profite pas à ses habitants.

Lire Aussi :  le suspect comptait s’attaquer à d’autres personnalités politiques

Cette diversité culturelle, qu’elle soit picturale ou littéraire, est encore visible ce dimanche 13 novembre entre 10h et 18h dans la salle Jean-Favre.

Pierre Gaudiot

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button