avec la réforme de l’assurance-chômage, l’exécutif espère un important retour à l’emploi

Posté sur:

Lundi matin, le gouvernement a présenté aux partenaires sociaux ses décisions sur une nouvelle réforme de l’assurance-chômage : la durée de l’allocation de demandeur d’emploi sera réduite d’un quart pour “inciter” les allocataires de l’allocation chômage à trouver du travail. Le montant de l’allocation ne change pas, mais sa durée évoluera en fonction de la situation sur le marché du travail.

Le gouvernement se base notamment sur le critère d’un taux de chômage de 9 % (selon les normes du Bureau international du travail) pour faire varier la durée de l’allocation. Celui-ci sera réduit de 25% pour les futurs chômeurs droit d’ouverture à compter du 1er février 2023. Ces droits pour les chômeurs ne seront pleinement rétablis que si le taux de chômage dépasse 9% en France ou si son évolution trimestrielle dépasse 0,8%.

Le ministre du Travail espère 100 000 à 150 000 retours au travail » plus en 2023 grâce à la réforme et assure que la France conserve l’un des régimes les plus généreux d’Europe.

Notre objectif est de rapprocher ces périodes de forts retours à l’emploi des éléments auxquels nous sommes parvenus pour espérer entre 100 et 150 000 retours à l’emploi d’ici 2023.

Olivier Dussopt, ministre du travail, du plein emploi et de l’insertion.

Le pouvoir exécutif, qui justifie sa réforme par les difficultés à embaucher les entreprises, espère que grâce à ces modifications, le plein emploi sera atteint en 2027, soit un taux de chômage d’environ 5%, alors que le taux actuel est de 7,3,3% .

Une réforme qui ne fera qu’accroître la pauvreté en France

Les organisations patronales qui ont été reçues par le ministère du Travail ce matin étaient plutôt favorables à la réforme, tandis que les autres syndicats, eux, la qualifient d’inacceptable.

Pour indemniser les chômeurs de moins de temps pour les inciter à trouver du travail, la logique du gouvernement est partagée par Eric Scheve de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), qui peine à recruter dans les métiers sous pression. “ Il y a encore plus de la moitié des entreprises à la recherche de salariés sur le marché du travail, ce qui est encore près de six millions d’inscrits aux offices de l’emploi. Les dispositions annoncées complètent utilement, selon nous, le système d’assurance-chômage. »

Mais pour Denis Gravouille de la CGT, la réforme ne fera qu’accroître la pauvreté. Exemple d’un chômeur indemnisé depuis deux ans, dont la durée sera réduite de six mois au 1er février 2023 : Il est clair que ce gouvernement n’a qu’une priorité : frapper les travailleurs, les forcer à accepter des emplois précaires parce que c’est un des buts de la réforme, et faire des économies, c’est une mesure qui appartient entièrement aux employeurs. »

La CGT comme Force ouvrière s’inquiète également pour les personnes âgées au chômage qui verront également leur durée d’indemnisation réduite de 36 à 27 mois. ” Quand tu auras 55 ans, plus personne ne t’embauchera, dit Michel Beaugas, secrétaire confédéré de la Force ouvrière. Et donc tu deviens un chômeur de longue durée et ça fera demain des chômeurs âgés pauvres et c’est scandaleux. Force ouvrière a d’ores et déjà annoncé qu’elle contesterait le décret de réforme de l’assurance-chômage dès sa parution.

Lire aussi : France : la réforme de l’assurance-chômage continue de diviser le monde du travail

Source

Lire Aussi :  Cyclo-cross International de Dijon : Classements - Actualité

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button