Belfort. Un Bisontin remporte le concours international de composition pour orchestre d’harmonie

La finale du concours international de composition pour orchestre d’harmonie s’est déroulée en deux temps, samedi soir et dimanche après-midi. En raison de l’intensité du travail et pour permettre au jury, ainsi qu’au public, de les apprécier au mieux, trois pièces ont été jouées ce samedi, et les trois autres ce dimanche.

Les 65 musiciens de l’Orchestre d’harmonie de la Ville de Belfort (OHVB), ainsi que les cinq musiciens professionnels du groupe de musiques actuelles, répètent depuis juin les six pièces de la finale. Sur la scène de la Maison du peuple, l’OHVB, dirigé par Xavier Scheid, également organisateur de l’événement, a interprété chacune des six pièces d’une dizaine de minutes.

Lire Aussi :  Trafic d'animaux exotiques : une Toulousaine au cœur d'un réseau international

Le concours a reçu 106 candidatures, dont seulement 9 femmes. En juin, le jury s’était réuni pour la première fois pour procéder à la présélection, à partir des partitions, en “entendant en interne” chaque oeuvre.

Force et puissance

Ce week-end, les compositeurs et quatre membres du jury ont entendu pour la première fois l’interprétation musicale de chaque pièce. Tester, si nécessaire, toute la force et la puissance d’un orchestre d’harmonie et sa capacité à jouer des styles très différents.

Le jury était présidé par l’Allemande Annette Schlünz, compositrice et professeur de composition, la Française Céline Pellmont, flûtiste et chef d’orchestre, le Portugais Lino Guerriero, compositeur et professeur de composition, et le Français Philippe Barthold, directeur du conservatoire de Bourges.

Lire Aussi :  des centaines de manifestants à Wuhan pour protester contre la politique du "zéro Covid"

Prix ​​du premier public

C’est la région de la scène, Sofiane Messabih, compositeur, chef de chœur et saxophoniste de Besançon, qui a été élu en premier lieu avec son “American Rhapsody”. Il remporte un chèque de 4 000 €. Le second est l’Italien Federico Agnello, compositeur, chef de chœur et professeur de percussion à Trente. Il n’a pas pu se rendre à Belfort, mais a remporté 2 000 € pour « Perpetuum ». Le troisième prix revient à l’Argentin Nicolas Posternak, compositeur, arrangeur, pianiste et bassiste, professeur au Conservatoire de Buenos Aires. « Sosteniendo el sol » lui rapporte 1 000 €.

Lire Aussi :  Plaidoyer pour un nouveau Système monétaire international

Nouveauté pour cette deuxième édition, le public a également pu voter pour son œuvre préférée. Il a choisi le Français Romain Lhoste, compositeur et claviériste et ingénieur en aéronautique. “New era duality” lui offre également 1 000 €.

“Tous les morceaux qui sont allés en demi-finale et en finale, même s’ils n’ont pas gagné, méritent d’être joués par des harmonies”, a souligné Xavier Scheid pour conclure le concours.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button