CARTE. Où se trouvent les gisements de lithium en France ?

Le groupe de minéraux industriels Imerys a annoncé lundi 24 octobre 2022 qu’il allait investir un milliard d’euros pour exploiter sa mine de lithium de Beauvoir, Echassières, Allier, pendant au moins 25 ans.

Le lithium est utilisé par les constructeurs automobiles pour les batteries des véhicules électriques. Actuellement, la Chine détient un quasi-monopole du marché du lithium et des batteries. La France et l’Union européenne manquent de cette matière première essentielle pour atteindre leur objectif de supprimer progressivement les voitures thermiques et de les remplacer par des voitures électriques d’ici 2035.

Lithium français et européen

Nous avons des mines de lithium en France et nous allons les développer grâce au nouveau code minierEmmanuel Macron l’a promis lors de sa visite au Mondial de l’Automobile de Paris le 17 octobre. La déclaration d’Imerys reflète cette ambition.

Lire Aussi :  La BCE prépare un nouveau tour de vis monétaire - Économie

L’exploitation du site de Beauvoir, exploité depuis 1850 pour l’extraction du kaolin, devrait débuter en 2027.

Mais que sont les ressources lithium françaises ? Selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), du lithium a été trouvé en plusieurs endroits en France, notamment dans le Massif central et en Bretagne.

Dans un rapport publié en décembre 2018, le BRGM fait état de 527 incidents lithium en Europe, dont 39 projets ou mines significatifs. C’est pourquoi l’Europe possède du lithium, contrairement au cobalt qui provient à 68% du Congo…

Les pays les plus représentés sont l’Espagne, la Finlande, la France, l’Ukraine et le Portugal :

A lire aussi : Lithium, cobalt… Pourquoi ces métaux sont-ils si stratégiquement importants pour la production de voitures électriques ?

Six mines importantes en France

Le rapport du BRGM recense 41 “ressources et occurrences” du lithium en France. Parmi eux, le BRGM met en avant certains sites pour leur potentiel : Beauvoir (Allier), Tréguenec Prat-ar-Hastel (Finistère), Richemont (Haute Vienne), Montebras et Brunet (Creuse).

Lire Aussi :  La Russie suspend l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes - 30/10/2022 à 04:14

Le BRGM pense aussi qu’il pourrait y avoir d’autres découvertes « abords de certains quartiers », notamment dans le Massif Central. Il comprend également la Montagne Noire, les Maures-Tannerons, les Vosges, les massifs cristallins extérieurs des Alpes, et enfin la Bretagne, le Massif armoricain et le sud du Léon.

Sites référencés par le BRGM :

Le lithium existe dans une variété de minéraux de lithium, et différents procédés sont nécessaires pour l’extraire et obtenir un concentré de lithium de qualité. Il s’agit d’un élément clé dans l’évaluation de la rentabilité des mines, car les coûts d’extraction du lithium peuvent varier considérablement d’un procédé à l’autre.

Résistance de champ

Parmi les 41 gisements étudiés par le BRGM, deux sont déjà exploités pour l’exploitation hors lithium : Beauvoir (carrière de kaolin) et Montebras (carrière de feldspath). Deux autres mines sont d’anciennes exploitations : l’ancienne mine d’or du Châtelet (Creuse) et l’ancienne carrière de la Chaumette (Lozère).

Lire Aussi :  Handifeel’s accompagne les entreprises sur la question du handicap

Pour d’autres, d’éventuels projets miniers ne passent pas inaperçus et doivent faire face à des résistances sur le terrain. L’extraction et le traitement du lithium impliquent la construction d’installations et d’infrastructures industrielles, l’utilisation de processus chimiques complexes. Rien pour plaire aux locaux…

Le site de Tréguenec dans le Finistère contiendrait 66 000 tonnes de lithium précieux, mais est également classé site Natura 2000, ce qui signifie qu’il présente une grande biodiversité. Ses défenseurs s’étaient mobilisés en février 2022, même si aucun projet minier n’y était encore annoncé.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button