Cycliste tuée à coups de pelle et enterrée : corps, identité, éléments accablants… ce que l’on sait de l’enquête

Les enquêteurs n’ont ni le corps ni l’identité de la victime. Pourtant, ils ont cherché pendant des mois cette femme déchue, achevée avant son inhumation dans l’Eure.

C’est une affaire inédite et très mystérieuse. Menée depuis des mois, l’enquête de la section enquête de Rouen n’avance pas.

C’est pourquoi les gendarmes ont lancé un appel à témoins afin de confondre celui qui a été inculpé et incarcéré en juin tuer un cycliste.

Déclaration de l’ancien compagnon du gendarme

L’enquête débute lorsqu’une femme se rend à la gendarmerie de Dieppe en mai pour signaler que son ancien compagnon aurait tué un cycliste quelques semaines plus tôt.

Selon ses déclarations, il lui téléphonerait pour luiavouer le crime qu’il vient de commettre, 9 mars. Avant de changer d’avis une heure plus tard et de lui dire qu’il s’était renversé dans son Audi A4 noire immatriculée en Pologne, la cycliste, la soixantaine, n’a pas été blessée lors de l’impact.

L’homme, un menuisier d’origine polonaise, était ivre au moment de l’appel, et son amie lui raconte qu’elle l’a vu nettoyer son véhicule accidenté au niveau du pare-brise, notamment avec des taches rouges. Lorsqu’il s’y rend, il voit une bosse sur le pare-brise et du sang.

Lire Aussi :  France-Une filiale de Vinci convoquée par la justice pour des chantiers au Qatar

Des faits dignes d’un film

Quelques jours plus tard, elle lui demanderait encore des explications. A cette époque, il lui confie de terribles confidences.

Succès un cycliste apparemment sans abri alors qu’il était ivre. Après le choc, la victime est apparue morte, il a placé le vélo dans le coffre avant de le laisser un peu plus loin.

Puis il retournait chez lui apporter une pelle pour enterrer le corps et le vélo et effacer les preuves de son travail.

Mais quand il revient sur scène, il s’en rend compte victimebien que grièvement blessé, il a toujours en vie. Il le termine donc selon lui avec une pelle et continue d’enterrer les preuves.

Le témoignage est considéré comme fiable

Le témoignage de cette femme de 48 ans est considéré comme fiable pour les gendarmes. Une enquête a été ouverte et ils découvriront des éléments qui iront dans le sens des déclarations.

Lire Aussi :  Le couple France-Allemagne bat de l’aile, voici pourquoi

Eléments à charge et trois témoignages concordants

Les gendarmes ont décidé de prélever des échantillons sur le véhicule, mais celui-ci a été déclaré volé et retrouvé carbonisé. Il est donc impossible d’effectuer une quelconque analyse.

Les enquêteurs interrogent alors une amie qui a vu l’homme nettoyer sa voiture le 9 mars, et il lui a dit qu’il avait renversé un cycliste. Selon elle, il avait du sang sur les mains et a tenté de l’amener sur les lieux de l’accident, mais n’a pas pu le trouver.

Un autre témoignage mènera la piste du meurtre : lors de sa rééducation, le menuisier dira encore qu’il a renversé la cycliste avant de l’achever.

Le troisième témoignage, celui d’un homme qui vit dans une caravane sur son terrain, raconte aux gendarmes qu’il l’a vu nettoyer son véhicule ensanglanté. Il lui a demandé ce qui s’était passé et il a confié qu’il avait heurté le cycliste.

Lire Aussi :  une baisse des températures attendue en milieu de semaine

Explications invraisemblables du suspect

Interpellé le 21 juin, le suspect a donné plusieurs versions. Concrètement, la farce visait son ex-petite amie pour la reconquérir : il briserait son pare-brise et l’aspergerait de sang de poulet, comme le rapporte Le Parisien.

Après cela, il a admis avoir renversé le cycliste, mais il n’a pas été blessé dans l’accident. Il a avoué avoir mis le feu à sa voiture.

Acte d’accusation et citation à comparaître

Après sa garde à vue, le suspect de 46 ans a été inculpé de “meurtre, recel de cadavre, destruction de preuves” et privé de liberté.

Mais sans corps, et surtout sans l’identité de la victime, les enquêteurs sont dans une impasse. C’est pourquoi ils ont décidé de porter l’affaire devant le public et de déposer une plainte pour témoins.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button