Delino DeShields révèle pourquoi il portait ses bas si haut

Au début des années 1990, de nombreux jeunes joueurs de baseball du Québec levaient leurs chaussettes un peu plus haut et disaient : « Je suis Delino DeShields ».

L’un des joueurs les plus populaires de l’équipe, cet ancien joueur des Expos participera ce week-end à un salon des collectionneurs de la région de Montréal par l’intermédiaire du groupe Expos Fest.

• Lisez également : Un exploit remarquable pour atteindre les Astros

• Lisez également : Tiges d’argent : les geais bleus sont prédominants

“Ce n’était pas une question de style ou d’être à la mode ou quoi que ce soit”, a déclaré DeShields lors d’un entretien téléphonique avec Le Journal. “J’ai relevé mes chaussettes parce que c’était une façon pour moi de dire merci à ceux qui veulent jouer au baseball.” C’était une façon de rendre hommage aux joueurs d’autres époques, notamment aux légendes qui ont joué dans les Ligues Noires, comme Jackie Robinson ou Satchel Paige.

Lire Aussi :  Cinq questions à se poser avant de choisir ses véhicules d’entreprise

DeShields, maintenant âgé de 53 ans, s’est dit ravi de revenir à Montréal pour la première fois depuis qu’il a pris sa retraite des ligues majeures de baseball.

« Montréal demeure un endroit spécial pour moi », dit le natif du Delaware, qui vit maintenant dans la région d’Atlanta. J’étais un jeune homme d’une vingtaine d’années à l’époque, et mon séjour à Montréal m’a ouvert les yeux. Je n’ai jamais quitté les États-Unis jusqu’à ce que je devienne un joueur des Expos.

J’ai été choqué de quitter les Expos

L’ancien joueur de deuxième but no 4 a vu sa carrière à Montréal prendre fin brusquement après sa quatrième saison avec l’équipe le 19 novembre 1993, lorsqu’il a été échangé aux Dodgers de Los Angeles. Un jeune lanceur prometteur nommé Pedro Martinez.

“Cela a été un choc pour moi”, a admis DeShields, qui avait 24 ans à l’époque.Je suis déçu de penser que nous allions avoir une année gagnante avec Cordero et al.

Lire Aussi :  Démystifier l’économie | Pourquoi dit-on 75 points de base au lieu de 0,75 % ?

Alors que le commerce impliquant DeShields ne convenait pas à de nombreux fans des Expos à l’époque, les fans ont rapidement adopté Martinez. Pendant ce temps, sur les Dodgers, l’homme surnommé “Bop” a rejoint une autre équipe qui, lors du conflit de travail de 1994, était au sommet de sa division malgré un bilan moins que stellaire de ces Expos.

“Il n’y a aucun doute dans mon esprit que les Expos étaient la meilleure équipe en 1994. Qu’en est-il du reste de la saison ou des séries éliminatoires ? Nous avions aussi de bons joueurs avec les Dodgers. Il y avait Brett Butler, Mike Piazza… On ne le saura jamais.”

Poutine en vue

De 1990 à 2002, DeShields a joué pour un total de cinq équipes, mettant fin à sa carrière avec les Cardinals de St. Louis, les Orioles de Baltimore, puis les Cubs de Chicago. Jusqu’au début du mois, il était également membre du personnel d’entraîneurs des Cincinnati Reds.

Lire Aussi :  Soupe sur des tableaux, vitrines barbouillées... Pourquoi les actions coup de poing du groupe écologiste Just Stop Oil font débat

“J’ai perdu mon emploi avec les Reds, mais je suis sûr que je travaillerai quelque part dans le baseball en 2023”, a déclaré l’ancien arrêt-court des Expos. C’est important pour moi, j’aime travailler pour avoir un impact positif sur les plus petits.

Cela rappelle une époque où les enfants du Québec portaient leurs chaussettes de baseball un peu plus haut et se mettaient à rêver… Au fil des ans, DeShields affirme n’avoir jamais oublié Montréal. Il promet aussi de la bonne poutine pour les prochains jours.

– En plus de Delino DeShields, deux autres anciens joueurs des Expos, Al Oliver et Dave Cash, seront à L’Anti-Expo au 2890 Boulevard Dagenais Ouest à Laval, samedi et dimanche de 11h à 12h30. : Salon des collectionneurs.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button