des bombardements sur plusieurs villages dans l’Est et une armée russe qui fortifie ses positions dans le Sud

Céréales ukrainiennes : un accord vital pour la sécurité alimentaire mondiale

Un accord entre l’Ukraine et la Russie sur l’exportation de céréales ukrainiennes a été signé le 22 juillet sous les auspices de l’ONU et de la Turquie.

Pourquoi cet accord est important :

Suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Moscou a imposé un blocus des principaux ports ukrainiens. Environ 20 millions de tonnes de céréales sont bloquées dans les ports ukrainiens depuis plusieurs mois, faisant grimper les prix des denrées alimentaires de base dans le monde.

Avant la guerre, jusqu’à 90 % du blé, du maïs et des tournesols ukrainiens étaient expédiés par voie maritime, principalement depuis le port d’Odessa. Et de nombreux pays en développement comme l’Égypte, le Liban et la Tunisie dépendent fortement de Kyiv pour leur approvisionnement en céréales.

Lire Aussi :  Amnistie internationale presse la FIFA de verser 440 M$ à «l’équipe des migrants»

Ce que cet accord permet :

L’accord prévoit un corridor maritime sûr en mer Noire pour le transport de céréales depuis trois ports ukrainiens : le port d’Odessa, qui est Chornomorsk et le port de Pivdenny, à Yuzhne (30 kilomètres à l’est d’Odessa). Selon les chiffres des Nations Unies, au 1pourtant novembre, 9,7 millions de tonnes de céréales et autres produits agricoles ont transité par cette route. Valable pour une durée de cent vingt jours, l’accord a pour échéance le 19 novembre, mais sera normalement reconduit tacitement, selon les termes arrivés à expiration en juillet.

Lire Aussi :  ERFOUD/ MALHEUREUX : LE SALON INTERNATIONAL DES DATTES A PERDU DE SON ÉCLAT EN CONFIANT SA MÉDIATISATION A UNE AGENCE DE COMMUNICATION DÉFAILLANTE

Comment c’est réalisé:

L’accord établit une zone tampon de 10 milles marins autour de tous les navires voyageant dans le couloir de sécurité. Aucun navire, équipement ou drone militaire n’est autorisé dans ce périmètre. Une autre zone a été mise en place dans les eaux turques pour que les navires arrivant d’Ukraine soient inspectés avant de pouvoir poursuivre leur voyage. Le Centre conjoint de coordination, chargé de superviser l’accord, a également été créé à cet effet en Turquie. Il comprend quatre équipes de huit inspecteurs – deux Russes, deux Ukrainiens, deux Turcs et deux représentants de l’ONU. Leur rôle est, entre autres, de veiller à ce qu’aucune arme ne soit transportée à bord des navires.

Lire Aussi :  Pour le Noël orthodoxe, Poutine était bien seul

Reprise après une courte pause :

Le 29 octobre, la Russie a annoncé la suspension de sa participation à l’accord, accusant l’Ukraine d’avoir attaqué sa flotte avec des drones dans la baie de Sébastopol, en Crimée, un territoire annexé. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé que les exportations de céréales ukrainiennes reprendraient mercredi, Moscou déclarant avoir reçu des garanties écrites “suffisant” de Kyiv pour se réengager dans l’accord.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button