Economie d’énergie – A lire sans modération ni économie

Renseignements auprès de la préfecture de Saône-et-Loire.

La première réunion de la commission départementale énergie sobriété endurance.

Lundi 28 novembre 2022, Yves SEGUY, préfet de Sainte-et-Loire, a réuni pour la première fois en préfecture la commission départementale “énergie, vigilance, résilience”.

Cette commission, qui réunit élus, organisations professionnelles et services publics, a pour objectif d’informer l’ensemble des partenaires et acteurs sur la situation du département en matière d’énergie, d’exigences prudentielles et d’évolution vers plus de résilience.

Il est destiné à être appelé autant de fois que nécessaire en fonction des exigences de l’actualité.

Cette première rencontre a permis d’élaborer un état des lieux de la situation et de tirer des conclusions sur les actions de l’Etat.

  1. C’est la préparation pour l’hiver

Si l’hiver est particulièrement rigoureux, l’augmentation de la consommation d’électricité peut créer un déséquilibre entre la demande et l’offre suffisamment important pour entraîner des coupures programmées du réseau électrique, appelées « mesures de délestage ».

Ces coupures de 2 heures doivent permettre d’équilibrer le réseau électrique tout en assurant la continuité des services vitaux et prioritaires. Ils peuvent être publiés sur https://www.monecowatt.fr/ 4 jours avant l’intervention.

Ensuite, les opérateurs de réseau définissent les zones respectives.

Les membres de la commission ont été invités à se préparer à adapter leurs activités à la survenance des charges.

  1. Des mesures publiques ont été prises pour éliminer l’inflation des prix de l’énergie
  2. Assistance aux collectivités locales

Bouclier tarifaire

Les collectivités suivantes sont éligibles :

  • Moins de 10 mandataires
  • Avec un chiffre d’affaires inférieur à 2 millions d’euros

Ces collectivités disposent de tarifs réglementés et peuvent bénéficier d’une protection tarifaire qui limite la croissance à 4 % (1 à 15%mari janvier 2023).

Filet de sécurité contre l’inflation

430 millions d’euros de recettes publiques seront retenus en 2022 au profit des communes et de leurs groupements les plus touchés par la hausse de l’inflation des prix de l’énergie et de l’alimentation et la revalorisation de l’indice de la fonction publique en juillet 2022.

Lire Aussi :  « 17.7 % de hausse pour les conserves de légumes. Les augmentations de prix annoncées par Leclerc ». L’édito de Charles SANNAT

Le filet de sécurité permet une indemnisation dont le montant est de :

  • 50 % de l’augmentation des coûts due à une augmentation du point d’indice ;
  • 70 % de l’augmentation des coûts due à l’inflation des prix de l’énergie et des aliments.

L’allocation sera versée aux équipes respectives en 2023. Il existe un mécanisme de remboursement pouvant aller jusqu’à 50 % de l’allocation finale estimée pour 2022. Les sociétés ont jusqu’au 30 novembre pour soumettre leur candidature.

Au 25 novembre 2022, 73 équipes de Saint-et-Loire ont demandé un acompte.

Critères d’éligibilité pour l’appareil :

  • Économies brutes 2021 inférieures à 22 % du résultat opérationnel réel ;
  • Une réduction de l’épargne brute d’au moins 25 % en 2022, principalement due à des points d’indice plus élevés et à des prix de l’énergie et des aliments plus élevés ;
  • potentiel financier ou potentiel fiscal en 2022 est deux fois inférieur au potentiel moyen correspondant à la population de leur strate démographique et catégorie de collectivités locales.

Amortisseur électrique

Ce dispositif est mis en place pour les collectivités non éligibles au bouclier tarifaire. Cela signifie que l’État prendra en charge une partie du paiement de l’électricité des collectivités locales entrant sur le marché.

Les modalités de ce mécanisme sont actuellement débattues au Parlement dans le cadre du projet de loi de finances 2023.

  1. Soutien aux entreprises

Un outil d’aide à la décision pour les chefs d’entreprise

Un outil d’aide à la décision pour les chefs d’entreprise disponible sur le site du Médiateur d’Entreprise : https://www.economie.gouv.fr/mediateur-des-entreprises

Il répond à 10 questions à se poser sur votre contrat et votre facturation, réparties en 4 thématiques : contrat, tarification, accompagnement et médiation.

Fiscalité de l’électricité et utilisation réglementée de l’électricité nucléaire historique (ARENH)

Toutes les entreprises bénéficieront de la réduction de la taxation de l’électricité (TICFE) au minimum légal européen. En 2022 et 2023, la baisse des impôts signifie un soutien de 8,4 milliards d’euros aux entreprises.

Lire Aussi :  Sam Bankman-Fried, ancien PDG de la plate-forme de cryptomonnaies FTX, plaide non coupable à New York

Ils peuvent également utiliser le mécanisme ARENH, qui leur permet d’obtenir une grande partie de leur électricité à un prix fixe de 42 €/MW plutôt qu’au prix du marché. Pour en profiter, les entreprises doivent se tourner vers les fournisseurs d’énergie.

Bouclier tarifaire

Les TPE de moins de 10 salariés et de 2 millions d’euros de chiffre d’affaires avec un compteur électrique de moins de 36 kVA sont éligibles au bouclier tarifaire pour les particuliers.

Pour en bénéficier, l’entreprise doit contacter le fournisseur d’énergie.

Service d’assistance pour le paiement des factures d’énergie

Toutes les entreprises peuvent obtenir de l’aide pour payer leurs factures d’électricité jusqu’au 31 décembre 2022 jusqu’à 4 millions d’euros. Cet accompagnement est disponible sur le site impots.gouv.fr

Il sera prolongé pour toute l’année 2023.

Critère:

  • Une augmentation de 50% du prix payé par rapport à 2021
  • Les dépenses énergétiques pendant la période de demande d’aide dépasseront 3 % du chiffre d’affaires en 2021

L’aide s’élève à 50% de la différence entre la facture 2021 et la facture 2022, qui augmente de 50% au plafond de 70% sur la consommation 2021.

Pour les entreprises ayant des coûts énergétiques élevés, une aide élargie peut être mobilisée jusqu’à un maximum de 50 millions d’euros et 150 millions d’euros pour les industries à risque de fuite de carbone.

Les critères d’éligibilité à ce soutien étendu sont les suivants :

  • Une augmentation de 50 % du prix de l’énergie par rapport au prix moyen payé en 2021 pendant la période d’application du programme d’aide ;
  • Coûts énergétiques supérieurs à 3 % du chiffre d’affaires 2021 ou coûts énergétiques de 1mari Semestre 2022, soit plus de 6 % du chiffre d’affaires du premier semestre 2022 ;
  • avait un excédent brut d’exploitation qui est tombé en négatif ou 40% au cours de la période.

Pour une aide jusqu’à 50 millions d’euros, son montant correspond à 65% de la différence entre la facture 2021 et la facture 2022, qui a augmenté de 50% au plafond de 70% de la consommation 2021.

Lire Aussi :  Combien de missions de cinq ans l'entreprise de Star Trek a-t-elle eue ?

Pour les aides jusqu’à 150 millions d’euros, ce montant correspond à 80% de la différence entre la facture 2021 et la facture 2022, qui a augmenté de 50% au plafond de 70% de la consommation 2021.

Simulateur d’assistance électrique gaz

Disponible sur https://www.impots.gouv.fr/simulateur-aide-gaz-electricite, ce simulateur permet à une entreprise de déterminer rapidement et facilement quelle aide elle mérite.

I plateforme de décarbonation

Dotée d’un budget de 5,6 milliards, elle vise à mettre en place des solutions de décarbonation des installations industrielles, notamment :

  • 4 milliards d’euros pour soutenir la décarbonation profonde des industries à fortes émissions (comme la sidérurgie).
  • 1 milliard d’euros pour déployer des solutions thermiques et d’efficacité énergétique bas carbone plus matures dans le tissu industriel français notamment ;
  • 610 millions d’euros sont dédiés à l’émergence et à l’industrialisation des solutions de décarbonation pour l’industrie, en soutenant l’innovation et l’industrialisation des solutions.

Toutes les informations sur cette plateforme sont disponibles sur : https://www.je-decarbone.fr/

  1. Un modèle d’État en vigilance

Régime de santé de l’ÉtatIl vise à réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici 2 ans et de 40 % d’ici 2050.

Ce plan est divisé en 4 axes :

  • Mieux gérer les bâtiments publics
  • Accompagner la transition en mobilité
  • Réduire la consommation publique liée à la communication numérique ;
  • Respect de l’ordre public

En Saône-et-Loire, les bâtiments publics font l’objet d’audits et de rénovations énergétiques pour améliorer l’efficacité énergétique et réduire les consommations. Les bâtiments ne sont pas chauffés au-dessus de 19° et l’éclairage est désormais assuré par des LED dont certaines fonctionnent par détection de mouvement.

L’État poursuit également ses pratiques en sensibilisant les salariés aux éco-signes, en les formant à l’éco-conduite, en promouvant la mobilité et la conduite durables, en développant davantage les dispositifs de visioconférence et de travail à distance, et la lutte contre le gaspillage. .

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button