Festival International du Film de Marrakech: projection du film “Thunder” de la Suisse Carmen Jaquier

Festival international du film de Marrakech : projection du film

Vendredi 18 novembre 2022 0h18

Marrakech – Le film “Tonnerre”, de la réalisatrice suisse Carmen Jaquier, a été projeté jeudi dans le cadre de la compétition officielle de la 19e édition du Festival international du film de Marrakech, organisé jusqu’au 19 novembre sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI .

Les faits de ce film de 92 minutes se déroulent durant l’été 1900, dans une vallée du sud de la Suisse. Elisabeth, une novice de 17 ans, est sur le point de prononcer ses vœux lorsque la mort soudaine de sa sœur aînée l’oblige à quitter le couvent et à retourner dans la ferme familiale qu’elle avait quittée cinq ans plus tôt.

Lire Aussi :  L'horreur sous terre à Marioupol et des Nasams pour « un ciel plus sûr »

Cependant, Elisabeth n’est plus une enfant. Les règles strictes et étouffantes du village l’étouffent, les mystères entourant la disparition de sa sœur l’obsèdent et la poussent à revendiquer son droit à vivre ses propres expériences.

Ce long métrage, marqué par l’interprétation remarquée de Lilith Grasmug, est le premier film de Carmen Jaquier, dans lequel elle tente de faire entendre la voix des femmes et de défendre leur droit à exprimer librement leurs opinions.

Dans un discours prononcé à l’occasion de cette avant-première, la réalisatrice a exprimé sa grande joie de présenter son premier long métrage au Festival international du film de Marrakech, ajoutant qu’elle attend avec impatience les impressions du public sur le film.

Née à Genève, Carmen Jaquier apprend le graphisme avant de réaliser ses premiers courts métrages, puis d’intégrer l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL). Son film de diplôme Le Tombeau des filles a reçu le Pardino d’argento au Festival de Locarno (2011).

Lire Aussi :  Aux Etats-Unis, la justice new-yorkaise enquête sur George Santos, l’élu républicain au Congrès qui a « embelli » son CV

Il explore ensuite l’image et le montage au sein du groupe Aamen et réalise deux courts métrages, Les Vagues et Le Bal des Sirènes. Son court métrage La Rivière sous la langue et le long métrage combiné Heimatland ont été sélectionnés au Festival du film de Locarno en 2015.

Carmen Jaquier est également à l’image du documentaire A Bright Light – Karen and the Process d’Emmanuelle Antille.

Outre “Tonnerre”, les films en compétition sont : “LE BLEU DU CAFTAN” de la réalisatrice marocaine Maryam Touzani, “ALMA VIVA” de Cristèle Alves Meira (Portugal), “ASHKAL” de Youssef Chebbi (Tunisie), “ASTRAKAN” de David Depesseville (France), « AUTOBIGRAPHY » de Makbul Mubarak (Indonésie) et FARAWAY SONG (Cañçao ao Longe) de Clarissa Campolina (Brésil).

Lire Aussi :  Jair Bolsonaro « déplore » les insurrections à Brasilia, lors d’une discussion avec des sympathisants

Sont également en course « RED SHOES » (Zapatos rojos) de Carlos Kaiser Eichelmann (Mexique), « PETROL » d’Alena Lodkina (Australie), « SAVAGE » (Amina) d’Ahmed Abdullahi (Suède), « SNOW AND THE BEAR » (Kar ve Ayı) de Selcen Ergun (Turquie), « CHEVALIER NOIR » (A Tale of Shemroon) d’Emad Aleebrahim Dehkordi (Iran), « LE GOÛT DES POMMES EST ROUGE » (Ta’am al-tufah, ahmar) d’Ehab Tarabieh (Syrie) et « RICEBOY SLEEPS » d’Anthony Shim (Cadana).

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button