Granulés de bois : augmentation des coûts, pénurie… ça ne s’arrange pas sur le front du chauffage au poêle à bois

la chose principale
Face à la hausse des prix et à la pénurie de granulés de bois, particuliers et collectivités tentent de s’organiser. Alors que les constructeurs accélèrent le rythme.

Les premières inquiétudes concernant l’augmentation du prix des granules de bois se sont fait sentir en juillet dernier, lors des fortes chaleurs, alors que les problèmes de chaleur étaient dans l’esprit de plusieurs. Mais fin août, les alarmes sont passées au rouge, alors même que la température ambiante adoucissait encore les esprits. En plus de la hausse des coûts, la menace de pénuries s’est très vite fait sentir. Cette fois les réactions ne durent pas longtemps et très vite Tarn, individus et équipes s’organisent (Expédition du 22 septembre). Comme dans les communes de Saliès et de Sequeste, les maires ont constaté que nombre de leurs administrés recherchaient des “pellets” chers. Ainsi, une association de Tarn Pellets Granulés s’est créée pour regrouper les commandes des grossistes, espérant obtenir des tarifs préférentiels.

Lire Aussi :  le déficit public un peu moins fort que prévu, à 4,9%

“Nous avons commencé avec 15 membres. Il n’a fallu qu’un seul message sur Facebook pour passer à 200. Il est venu de partout”, a déclaré le maire de Sequester, Gerard Pujade. Préoccupé par l’évolution de la situation, car l’hiver apporte de nouvelles truffes.

“Ça ne s’améliore pas du tout. Aucun fournisseur ne peut nous fournir ne serait-ce qu’une semi-remorque de 25 tonnes. Nous avons besoin de plusieurs centaines de tonnes”, explique Gérard Poujade.

De 8 à 13 euros le sac

En attendant des réponses plus encourageantes, l’association a créé un groupe Whatsapp où les gens peuvent partager des informations sur où ils peuvent obtenir le matériel et à quel prix. Depuis 15 jours, l’association envoie une fois par semaine une newsletter avec la liste des points de vente, mais sans espoir de baisse des coûts. “On en trouve un peu, mais un sac de 8 à 13 euros. Un vrai scandale”, se plaint Gérard Poujade, le prix d’un sac ne dépassait jusqu’alors pas 5 euros. L’association doit se réunir en assemblée générale le vendredi 2 décembre (heure et lieu à confirmer) pour décider de l’ouverture ou non à plus d’adhérents hors Nord Tarn. L’organisation des achats groupés pour 2023 est au menu des discussions.

Lire Aussi :  en route pour la phase 2

“Nous nous chargeons de créer un site de production pour sortir de l’impasse. Nous avons besoin d’environ 20 000 euros pour l’étude de faisabilité du site d’industrialisation”, précise le maire du Sequestre.

La production se développe rapidement

Jean-Marc Chabert, co-dirigeant de la Société SEB (Société Européenne du Bois), analyse : « Beaucoup de personnes ont installé leur poêle cette année. Ils ne connaissent pas le volume de granulés dont ils ont besoin pour l’hiver, il faut donc silencieux, ils gardent plus qu’ils n’en avaient.” à Butte-du-Pont-de-l’Arne.

Lire Aussi :  Les Trophées des entreprises du Puy-de-Dôme 2022 ont célébré leurs lauréats

“Le gouvernement a beaucoup aidé à installer des poêles à bois, mais les fabricants n’étaient pas prêts.”

En avril 2019, cette entreprise de transformation du bois d’une trentaine de salariés a investi plus de 4 millions d’euros pour démarrer une ligne de production de granulés de bois. Avec un objectif de production de 20 000 t par an. “Nous allons produire 30 000 tonnes cette année, et 60 000 tonnes dans trois ans”, précise JMChabbert. “C’est l’hiver, mais après il y aura assez de granulés pour tout le monde”, assure le responsable de SEB, l’un des producteurs de granulés d’Occitanie.

*Site Facebook des consommateurs de Pellets Granulés

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button