La chaîne d’information russe RT France annonce sa « fermeture »

RT France, la branche française du média russe RT, a été lancée en 2017 avant d'être interdite de diffusion le 2 mars 2022.

L’issue était inéluctable car ses comptes étaient gelés, la chaîne ne pouvait plus payer ses salariés ni ses prestataires. RT France, la branche française du média russe RT, a été accusée d’être un instrument de désinformation au service du Kremlin, a-t-elle annoncé. “final”, samedi 21 janvier.

Quelques jours plus tôt, cela avait été annoncé par la présidente et directrice de l’information de RT France, Ksenia Fedorova “tous les moyens présents sur [le compte de la station étaient] gelé à la demande de la direction générale du Trésor ».

Que [rend] impossible de continuer notre activitépeut-on lire dans une déclaration qu’elle a publiée sur Twitter samedi. Après cinq ans d’impitoyabilité, les autorités au pouvoir ont ainsi atteint leur objectif : la fermeture de RT France. »

Plus tôt dans la journée, Moscou promis de prendre des mesures de représailles contre les médias français en Russie. “Le gel des comptes de RT France entraînera des mesures de rétorsion contre les médias français en Russie.” On s’en souviendra si les autorités françaises ne cessent de terroriser les journalistes russes.a prévenu une source de la diplomatie russe, citée par les agences de presse russes RIA Novosti et TASS.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés RT France : les jours de la chaîne d’information russe sont désormais comptés

Déjà interdit de distribution dans l’Union européenne

Interrogé par l’Agence de presse française (AFP), le ministère français de l’Economie a expliqué vendredi que les avoirs de la chaîne étaient gelés par l’application des dernières sanctions européennes, et non à l’initiative directe de l’Etat français.

Contrairement aux sanctions initiales promulguées après l’intervention militaire russe en Ukraine en février 2022, celles introduites en décembre prévoient “gel des avoirs” des sujets en question, précise cette source. Parmi ces entités se trouve “ANO TV Novosti, la maison mère qui détient 100% de RT France”ce qui explique par conséquent le gel “propriété de RT France”elle a continué.

Accusés d’être des instruments “désinformation” Les médias du Kremlin, de Spoutnik et de RT (dont sa version francophone RT France) sont interdits de diffusion dans l’Union européenne (UE) depuis le 2 mars 2022, à la télévision et sur Internet, suite à l’accord des Seven Seven sous peu après le début de l’invasion de l’Ukraine.

Reprise de RT France, la Cour européenne de justice a confirmé cette décision en juillet. Ce premier paquet de sanctions n’interdisait que la diffusion du contenu de RT dans l’UE, pas la production elle-même. Jusqu’à présent, RT France continuait à produire et à diffuser des contenus, qui pouvaient être consultés malgré l’interdiction via un réseau privé virtuel (VPN), un service qui permet de naviguer sur le web en contournant les blocages.

RT dénonce la mesure “arbitraire”

Ksenia Fedorova rejette les accusations portées contre la chaîne dans son ensemble, assurant samedi dans son communiqué qu’elle traitait la guerre en Ukraine avec “vigilance” et de “manière équilibrée”. Elle voit un “mesure arbitraire”un “une décision politique, en dehors de tout cadre légal préalablement établi, cela s’appelle de la censure”.

Les syndicats de RT France ont condamné vendredi le gel des comptes de la chaîne en France. “Avec cette condamnation, près d’une centaine de salariés et une cinquantaine de journalistes vont probablement perdre leur emploi”lancé dans un communiqué par la section syndicale de la Force ouvrière (FO) et le Syndicat des journalistes (SNJ) de RT France.

Selon le président de la chaîne, 123 salariés français, dont 77 titulaires d’une carte de presse, sont aujourd’hui à risque “qu’ils ne toucheront pas leur salaire du mois de janvier et qu’ils seront sans emploi”.

Le monde



Source

Lire Aussi :  Miss Guadeloupe remporte le concours

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button