La France a rapatrié 15 femmes et 32 enfants des camps de prisonniers djihadistes en Syrie

Une Française avec un enfant dans un camp en Syrie, le 17 février 2019.

La France a renvoyé mardi 24 janvier quinze femmes et trente-deux enfants qui étaient détenus dans des camps de prisonniers jihadistes du nord-est de la Syrie, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

“Les mineurs ont été remis aux services chargés de l’aide à l’enfance et seront sous surveillance médicale et sociale”Quai d’Orsay a déclaré dans un communiqué. “Personnes majeures remises aux autorités judiciaires compétentes”il ajouta.

Cette opération de rapatriement collectif, la première en 2023, confirme la rupture déjà amorcée en 2022 à Paris avec la politique du « cas par cas », pour laquelle elle a été condamnée par les instances internationales et mise en cause par les organisations des conseillers français.

Lire Aussi :  Faure et Mayer-Rossignol affirment tous deux avoir gagné

Changement de doctrine

Le 20 octobre 2022, les autorités françaises ont déjà renvoyé quinze femmes djihadistes et quarante enfants français détenus dans des camps du nord-est de la Syrie. Il s’agit de la plus importante opération de ce type menée par la France à ce jour. La précédente, qui concernait seize femmes et trente-cinq mineurs, le 5 juillet 2022, a marqué un tournant majeur et un changement de doctrine : après plus de trois ans de blocus, Paris a décidé de renvoyer tous ses citoyens et leurs enfants emprisonnés. de la chute définitive du pseudo « califat » de l’organisation État islamique (EI) en mars 2019 à Baguz.

Lire Aussi :  La moitié du parc immobilier d'ile-de-France pourrait être interdite à la location
Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le rapatriement des femmes jihadistes et de leurs enfants : les échecs des autorités françaises

Jusqu’à l’été 2022, la France privilégiait le rapatriement au cas par cas, qui consiste à renvoyer les enfants sur le sol national sans leur mère, c’est-à-dire les orphelins ou les enfants dont les mères ont accepté de signer un document renonçant aux droits parentaux. . Seuls trente-cinq enfants présumés orphelins ont ainsi été renvoyés par Paris, dont le dernier en janvier 2021.

Lire Aussi :  la moitié des lignes de métro fermées jeudi, fortes perturbations pour les RER A et B

Parmi les pays européens, la France est de plus en plus isolée dans son choix « au cas par cas » de rapatriement. La Belgique, la Finlande, le Danemark, la Suède, les Pays-Bas et l’Allemagne ont décidé de rapatrier tous leurs citoyens mineurs, accompagnés de leur mère lorsque cela est possible. Le soulèvement d’Elisée a également été motivé par la multiplication des condamnations par les instances internationales.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le camp Al-Hol, qui abrite les familles des jihadistes de l’Etat islamique, devient un “mini-califat”

Le monde avec l’AFP

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button