La motion de censure de la France insoumise rejetée à l’Assemblée nationale

France, Paris, 3.11.2022.  Photo : Xose Bouzas / Hans Lucas.  Séance publique de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.  Catherine Couturier, députée française insoumise, LFI, membre de la nouvelle union populaire écologiste et sociale, NUPES, sur le budget des collectivités locales.  France, Paris, 3.11.2022.  Photo : Xose Bouzas / Hans Lucas.  Séance publique de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.  Catherine Couturier, députée française insoumise, LFI, membre de la nouvelle union populaire écologiste et sociale, NUPES, sur le thème des budgets des collectivités locales Non utilisé par la France.
Xose Bouzas / Xose Bouzas / Hans Lucas via Reu France, Paris, 3.11.2022. Photo : Xose Bouzas / Hans Lucas. Séance publique de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. Catherine Couturier, députée française insoumise, LFI, membre de la nouvelle union populaire écologiste et sociale, NUPES, sur le budget des collectivités locales. France, Paris, 3.11.2022. Photo : Xose Bouzas / Hans Lucas. Séance publique de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. Catherine Couturier, députée française insoumise, LFI, membre de la nouvelle union populaire écologiste et sociale, NUPES, sur le thème des budgets des collectivités locales Non utilisé par la France.

Xose Bouzas / Xose Bouzas / Hans Lucas via Reu

Bancs rebelles français à l’Assemblée nationale, le 3 novembre 2022

POLITIQUE – Nouvelle proposition rejetée. Suite au nouveau recours par le gouvernement à l’article 49.3 tout au long du projet de loi de finances 2023, la proposition du caucus France récalcitrante a finalement été rejetée ce vendredi 4 novembre.

Lire Aussi :  « L'Open Sud de France est bien installé »

Présentée uniquement par l’Insoumise française et en réponse au quatrième recours de l’article 49.3 de la Constitution par le gouvernement mercredi, cette nouvelle proposition de grogne n’a pas trouvé de candidat en demi-cycle, malgré le vote du RN. L’Assemblée nationale a préféré voter la proposition LFI plutôt que de soumettre la sienne.

Le budget a donc été adopté ce vendredi en première lecture, et la proposition Insumis n’a recueilli que 188 voix, loin d’une majorité absolue de 289 députés. Le projet de loi de finances passe ainsi au Sénat, où il sera examiné lors de la séance du 17 novembre.

Lire Aussi :  Charles Pieri mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste et écroué

Dans leur mémoire, les Insoum reprochent spécifiquement au gouvernement sa propre “outrage à l’autorité parlementaire” et utilise “autoritaire” du 49.3 qui permet l’adoption du texte sans vote. En cause, le pouvoir exécutif, privé de majorité absolue, a rejeté de nombreux amendements au budget, que l’opposition a réussi à faire adopter.

“Ne banalisez pas l’usage”

Malgré les vives tensions à l’Assemblée nationale ces dernières heures, après le discours raciste du député RN Grégoire de Furnas, le parti d’extrême droite a tout de même assuré qu’il soutiendrait la motion de défiance déposée par LFI.

Tout le contraire du PS, qui a décidé de ne pas suivre ses collègues du Nupes dans ce vote. Le député de LFI, Jean-Igs Rathenon, a néanmoins appelé “Solidarité avec tous les députés” pour voter. De leur côté, les écologistes et les communistes ont indiqué qu’ils le soutiendraient.

Lire Aussi :  Une députée Renaissance critiquée pour ses propos sur les "mères qui choisissent" d'être AESH

“J’en appelle solennellement à la solidarité de tous les parlementaires.” Il ne devrait pas y avoir d’opposition frontale, aucun de nous ne devrait être le sauveur de ce gouvernement”.Jean-Hugues Ratenon a cloué l’hémicycle.

« Votez cette motion de censure, n’ayez pas peur du chantage à la dissolution » du président de la République, a poursuivi le représentant de La Réunion, estimant que tel est le scénario “ce serait l’occasion de répondre aux citoyens”. Les socialistes ont toutefois annoncé qu’ils ne soutiendraient pas la motion de grogne signée uniquement par LFI au sein des Nupes (LFI, PS, PCF, EELV), “pour ne pas banaliser son utilisation”Le député PS Jérôme Guedj l’a notamment revendiqué.

Le groupe LR a également confirmé, sans surprise, qu’il n’ajouterait pas sa voix à la proposition de LFI, même s’il dit regretter l’utilisation du 49.3 par le gouvernement et un budget trop cher. “Si nous le jugeons utile le moment venu, nous présenterons notre propre proposition de condamnation”Le député LR Veronik Luvagi a assuré.

Voir aussi sur HuffPost :



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button