les entreprises doivent se doter d’une stratégie de signalement efficace

La loi du 21 mars 2022 dite loi Wasserman, entrée en vigueur le 1er septembre, vise à permettre aux organisations de favoriser le reporting et de proposer une culture d’entreprise plus éthique.

Lanceur d’alerte : périmètre dégagé

La loi 2022-401, également connue sous le nom de loi Wasserman, renforce le statut de lanceur d’alerte : “une personne physique qui, de bonne foi, signale ou divulgue un crime, un acte répréhensible, une menace, ou sans compensation financière directe d’intérêt général causant un préjudice , violant ou tentant de dissimuler la violation d’une obligation internationale régulièrement ratifiée ou approuvée par la France, d’un acte unilatéral d’une organisation internationale pris sur le fondement d’une telle obligation, de lois, lois ou règlements de l’Union européenne. 1 de l’article 8, le lanceur d’alerte doit disposer d’informations personnelles à son sujet, si elles ne sont pas obtenues dans le cadre de l’activité professionnelle spécifiée. doit s’assurer que le

En première ligne, les déontologues et les RH

Cette évolution législative impose des exigences aux responsables des ressources humaines, telles que la nécessité de mettre à jour les règles internes à partir du 1er septembre ou de fournir aux employés des canaux sûrs et ouverts pour les signalements écrits, oraux ou anonymes. Ils doivent également veiller à ce que les employés sachent quand et où signaler une faute. En outre, ils doivent protéger la confidentialité des lanceurs d’alerte et les protéger contre le licenciement, la rétrogradation ou d’autres formes de représailles sur le lieu de travail. L’entreprise doit également confirmer la réception du rapport par écrit dans les sept jours et s’assurer qu’elle maintient un ensemble de rapports conformément aux règles de conservation des données GDPR. Enfin, une enquête doit être menée par l’un des organismes bénéficiaires dans les trois mois suivant le signalement initial. Si cela n’est pas fait, le rapport peut être rendu public.

Lire Aussi :  Congé paternité: ces entreprises qui vont plus loin que la loi

Vers une stratégie européenne de cohésion

D’ici 2023, la directive européenne sur les lanceurs d’alerte s’appliquera à toute organisation comptant au moins 50 employés dans l’UE. Cela s’ajoute à d’autres réglementations européennes déjà en place (telles que les directives anti-blanchiment, le règlement européen sur la protection des données, etc.). La législation de l’Union européenne est dotée de plusieurs outils pour conduire les organisations de ses pays membres vers une culture et des pratiques plus éthiques. Par conséquent, il est devenu important de mettre en place une stratégie de gestion des risques et de la conformité et des outils de conformité.

Suivre efficacement
Voici quatre actions qui contribueront au succès de votre stratégie de rayonnement :

  1. Établir des procédures de déclaration

L’absence de signalement n’est pas synonyme d’un milieu de travail sain. Les recherches montrent que 85 % des travailleurs de l’UE sont peu susceptibles de signaler les problèmes auxquels ils sont confrontés en raison d’un manque de compréhension de la procédure ou de la peur des conséquences possibles. Alors, quelles mesures pouvez-vous prendre pour apporter de la clarté à votre entreprise ? Passer les problèmes sous le tapis peut conduire à une culture d’entreprise malsaine et à une réputation de risque, sans parler d’exposer votre entreprise à de graves sanctions et pénalités législatives. Il est à noter que les organisations qui font l’objet de plus de signalements internes ont un risque 46 % moins élevé de faire l’objet d’articles négatifs dans les médias.

Lire Aussi :  Microsoft pourrait supprimer jusqu'à 10.000 emplois

2. Suivre la stratégie éthique des collaborateurs

La confiance est un pilier important du système de signalement. 80% des employés ont cité la peur des conséquences juridiques comme raison de ne pas signaler. Pour les encourager, les dirigeants doivent les informer des procédures et des lois qui protègent leur anonymat. Seul un tiers (35 %) des employés sont convaincus qu’aucune suite ne sera donnée à leur signalement. Il est donc important de tenir les lanceurs d’alerte informés à chaque étape du processus de signalement, afin de s’assurer que leurs plaintes sont prises au sérieux.

3. Développer les canaux de signalement pour gagner en efficacité

Lire Aussi :  "Les fichiers Twitter" montrent le débat interne de l'entreprise sur la façon de gérer l'histoire de l'ordinateur portable de Hunter Biden

Réfléchissez à la manière dont le système de notification peut être amélioré. Bien que chaque employé ait un canal préféré pour signaler ses problèmes, la maximisation des canaux de signalement peut aider à augmenter le nombre de façons dont les employés peuvent contacter. Le Web, le face à face, le mobile et les hotlines peuvent être activés comme canaux de signalement efficaces.

4. Améliorer une stratégie de conformité plus large

Votre capacité à analyser la façon dont vos employés réagissent aux procédures de signalement peut vous aider à obtenir des informations précieuses sur l’efficacité de votre système de conformité. En intégrant un plan de reporting solide dans votre stratégie globale d’éthique et de conformité, vous pouvez aider à aligner vos processus et améliorer votre capacité à contrôler les risques.

Avec l’entrée en vigueur de la directive sur la protection des lanceurs d’alerte de l’Union européenne et l’élaboration d’une législation sur la protection des lanceurs d’alerte, il est essentiel pour les entreprises de comprendre les tenants et les aboutissants du signalement sur le lieu de travail. Il ne s’agit pas seulement de comprendre et de suivre les instructions. Il est également nécessaire d’adopter une stratégie de reporting efficace pour gagner la confiance des collaborateurs, les fidéliser et créer une culture d’entreprise sécurisante et solidaire.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button