Olaf Scholz se dit prêt à « discuter avec la Russie du contrôle des armements en Europe » si elle se retire d’Ukraine

Le CICR a eu récemment accès à des prisonniers de guerre ukrainiens et russes

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé jeudi avoir obtenu récemment l’accès aux prisonniers de guerre ukrainiens et russes, visites jusque-là très limitées et occasionnelles. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fréquemment et sévèrement critiqué le CICR car, selon lui, l’organisation ne fait pas assez pour avoir accès aux soldats ukrainiens faits prisonniers par les forces russes. Le CICR lui-même avait exprimé sa frustration de ne pouvoir remplir sa mission pourtant inscrite dans les Conventions de Genève qui définissent les lois de la guerre.

« La semaine dernière, le CICR a effectué une visite de deux jours auprès des prisonniers de guerre ukrainiens. Une autre visite a lieu cette semaine. Au cours de la même période, des prisonniers de guerre russes ont également été visités. D’autres visites sont prévues d’ici la fin du mois.”, indique le communiqué du CICR. Les représentants ont pu évaluer les conditions de vie et de traitement des détenus, et donner des nouvelles à leurs familles, précise encore l’organisation. Elle a également pu distribuer des livres, des produits d’hygiène personnelle, des couvertures et des vêtements chauds. Le CICR n’a fourni aucun détail sur les conditions de vie des prisonniers.

Lire Aussi :  quelle suite après la résolution du Conseil de Sécurité ?

Interrogé par l’Agence France-Presse, le CICR n’a pas répondu dans l’immédiat sur le nombre de détenus visités ni sur les lieux où les équipes de la Croix-Rouge ont pu se rendre. “Ces visites sont un pas en avant important car elles aident à protéger l’humanité dans la brutalité des conflits armés internationaux.”a déclaré la présidente du CICR, Mirjana Spoljaric, citée dans le communiqué. “Nous sommes en mesure d’évaluer la manière dont les prisonniers de guerre sont traités et de veiller à ce que leurs familles soient tenues au courant. J’espère qu’à l’issue de ces visites nous aurons un accès plus régulier à tous les prisonniers de guerre.”, elle a ajouté. Cependant, l’organisation n’est pas satisfaite de ces visites. “Les récentes visites sont un pas en avant important. Néanmoins, le CICR doit avoir un accès sans entrave à tous les prisonniers de guerre, qu’il doit pouvoir voir à plusieurs reprises et sans témoins, où qu’ils soient incarcérés. “souligne le communiqué.

Lire Aussi :  le suspect inculpé de tentative d’enlèvement et d’agression

La Mission de surveillance des droits de l’homme des Nations Unies en Ukraine a récemment détaillé les abus subis par les prisonniers de guerre aux mains de leurs ravisseurs russes ou ukrainiens, citant notamment des cas de torture. Si les autorités ukrainiennes autorisaient un accès sans entrave aux camps de prisonniers russes, elles devaient s’appuyer sur le témoignage de prisonniers ukrainiens libérés avant de pouvoir retourner dans les camps sous contrôle russe. “La grande majorité” des personnes interrogées capturées par les forces russes et ses groupes armés alliés “nous ont dit qu’ils avaient été torturés et maltraités lors de leur enterrement”a déclaré Mme Bogner.

Lire Aussi :  Une masse ensanglantée: l'effrayant «cadeau» de Prigojine et du groupe Wagner au Parlement européen

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button