Palmarès Moci des PME : Made in France et « green », enjeux export du XXIe siècle

La production française et la protection de l’environnement sont des atouts exportables. Ainsi, les enjeux du Made in France et du “green business” sont devenus le thème de deux tables rondes le 7 novembre à l’occasion de la remise des prix MOCI 2022, organisée en partenariat avec la CCI Paris -Ile-de-France. pour le lancement de l’événement “Fais de l’international”.

A l’occasion de la remise des prix de la treizième liste des PME engagées dans l’export, le 7 novembre. Pouvoirs a choisi de s’exprimer lors de deux tables rondes animées Christine Gilgyson rédacteur en chef, deux grandes tendances que les entrepreneurs ne peuvent ignorer en ces temps de réindustrialisation/délocalisation et de durabilité : Fabriqué en France et entreprise verte.

Chacun sait que la France possède un savoir-faire et des produits typiquement français, appréciés des consommateurs et des spécialistes du monde entier. Pourtant, ce rappel n’était pas inutile il y a quelques jours salon annuel Made in France (MIF)Porte de Versailles, du 10 au 13 novembre.

D’ailleurs, ce savoir-faire tricolore, que l’on envie dans le luxe ou la gastronomie, est aussi une réalité dans l’industrie, c’est ainsi qu’ont tenté de démontrer les trois participants de la première table ronde sur le Made in France (de droite à gauche dans le photo): Besoin de PascalPDG d’Addev Materials (colles, adhésifs, films ou rubans, 700 salariés pour un chiffre d’affaires de 170 millions d’euros) ; Thierry BisiotPDG de l’entreprise aile (mécanique de précision, 130 personnes, 17 millions de CA dont 35% à l’export) ; et Sam BakhsunPrésident A France Cuisine (matériel de cuisine professionnelle), associé à deux collègues, charvet (équipement de cuisine) et Tour (environnement inox), au sein du consortium Consortium français Africa Hotel (AHFC) (350 employés, chiffre d’affaires 63 millions).

Lire Aussi :  Sports Story : la sortie surprise de Noël tourne au vinaigre - Actu

Aéronautique et cuisine, conseils pour les PME

Tellement bien accueilli Besoin de Pascalsi vous êtes une ETI legacy avec les deux tiers du CA à l’étranger et que vous travaillez dans une industrie mondialement reconnue, en l’occurrence l’aéronautique, s’il y a Airbus, Dassault, Safran ou Thales, vous êtes non seulement crédible, mais aussi logique fab française “.

La même déclaration en faveur du Made in France de Thierry Bisiot, le patron de Cryla. Cette PMI bisontine fournit des composants pour l’aéronautique, le médical, le luxe et développe des partenariats industriels en Tunisie. ” La Franchise-Comté a la rigueur dans son ADNil a noté et nous sommes très fiers d’enseigner et d’exporter notre culture industrielle à nos partenaires “.

L’histoire de France est liée au succès de la confiserie, de la gastronomiea rappelé, pour sa part, Sam Bahsun, ajoutant que « parfois, nous pouvons coûter plus cher, mais en retour, nous offrons la qualité, la réputation et le service qui accompagnent l’équipement “.

Ce n’est pas sufisant. En l’occurrence, lorsque France Cuisine et ses partenaires ont créé en juin Consortium AHFC, c’était pour que cette expérience française, mondialement reconnue, puisse répondre à des projets tout faits en Afrique et au Moyen-Orient avec des financements largement comparables aux concurrents chinois et turcs.

Pour gagner à l’export, ils ont également mis l’accent sur François Gelb, fondateur de la marque de coutellerie Sabre, lauréat du prix Ile-de-France Exportateur de l’année. ” On est plus comme la France des Guingettes, le 14 juillet, faut faire rêver mais ça ne suffit pas “. Et d’avertir les exportateurs : d’expérience, et nous n’étions pas au départ, il faut être professionnel : livrer des commandes complètes, respecter les délais, avoir des prix en dollars, calculer les droits de douane… il faut être sérieux “.

Lire Aussi :  Aux Arts et Métiers, le bachelor qui valorise le bac STI2D

Des marchés “verts” très animés

© Frédéric Sulloy

Lors de la deuxième table ronde consacrée à vert ” simple masse ou véritable levier à l’export ? »deux entrepreneurs ont été invités à partager leur expérience : Christian Leroux (au centre de la photo), secrétaire général de M2i Sciences de la Vie (technologies durables pour l’agriculture et la santé, 200 salariés, 35 millions d’euros attendus en 2022, dont 90% à l’export) et Antoine Fishet (à gauche), président et co-fondateur de la startup DaanTech (lave-vaisselle économique, écologique et compact, 60% pour l’export).

M2i Life produit des pesticides naturels à base de phéromones d’insectes. ” Nous sommes des parfumeurs d’insectes “, – assure sans hésiter son secrétaire général. Ces produits perturbent l’activité sexuelle des insectes nuisibles cibles (méthode de confusion sexuelle). Cette ” pas de résidus, pas de toxicité ” raconte Christian Le Roux. ” Nos concurrents, poursuit-il, sont des géants comme Bayer et d’autres grandes entreprises chimiques. Nous produisons des biopesticides “. Le marché n’est pas seulement dans l’agriculture, il est vivant : M2i Life mène désormais des recherches sur la betterave pour d’autres géants comme Nestlé et L’Oréal, dont l’un a besoin de sucre et l’autre d’éthanol.” Ils viennent chez nous parce qu’ils ne veulent aucune trace de pesticides “, – se réjouit Christian Le Roux.

Lire Aussi :  « La pratique de l’intégration verticale est le nouveau combat de l’antitrust américain »

de son côté DaanTech En 2020, Bob lance un lave-vaisselle de fabrication française à 70% pour les foyers à espace limité, où vivent deux ou trois personnes. Cet appareil électroménager avec réservoir intégré et aux dimensions étonnantes (49 cm x 49 cm) nettoie en 20 minutes. ” Nous avons traduit notre site en six langues depuis le début et cela fonctionne. Nous sommes un hit au Danemark et en Suède, ce qui nous a d’abord surpris, mais aussi en Allemagne “, – a souligné Antoine Fishet. Un des arguments qui a séduit les consommateurs : la production, l’éco-conception, la durabilité (au moins 10 ans) et le réparable.

© Frédéric Sulloy

Ils ont une variété de produits fabriqués en France et entreprise verte sont donc le support d’exportation. Et ils bénéficient d’un soutien public qui privilégie la réindustrialisation dans les secteurs innovants à travers des dispositifs d’aides publiques comme les dispositifs Equipe France Export. Dans son discours de clôture du Palmarès, le ministre chargé du commerce extérieur, de l’attraction et des Français de l’étranger, Olivier Becht (notre photo ci-dessus), n’a pas manqué de rappeler aux dirigeants de PME présents qu’il reste encore des prêts dans l’enveloppe export et vérification des relances VIE mise en œuvre dans le cadre du plan de relance. ” Ils doivent être consommés avant le 31 décembre – a commencé le ministre. Vous pouvez postuler jusqu’au 15 décembre.

François Parny



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button