plus d’une centaine de salariés occupent le centre commercial Bercy 2

La grève, qui a débuté mercredi matin, mobilisera 170 travailleurs pour réclamer des salaires plus élevés et soutenir les travailleurs qui se sont “soumis” à la justice pour la précédente grève.

Environ 170 salariés du commerce de détail ont occupé un centre commercial et un magasin Carrefour à Charenton-le-Pont (Val-de-Marne) mercredi soir 7 décembre, pour réclamer une hausse des salaires et le soutien des salariés.convoqué au tribunalde Créteil pour leur grève, selon un responsable de la CGT Commerce interrogé par l’AFP.

Centre commercial Bercy 2 : les salariés ont décidé de l’occuper toute la nuit», prévient un tract partagé sur les réseaux sociaux par la CGT Commerce et Services. Selon le secrétaire général de la fédération, Amar Laga, l’occupation a débuté vers 10h00 mercredi et a réuni plus de 500 salariés de la grande distribution. Elle s’inscrit dans un contexte plus large de grèves et d’occupations de sites visant à obtenir un salaire minimum de 2 000 € par mois.”La seule façon d’être entendu aujourd’hui est de bloquer l’économie“, a-t-il ajouté, si les salariés veulent aller de l’avant avec le déménagement, ils devront se prononcer en assemblée générale jeudi à 9 heures.

Lire Aussi :  l'conomie en sursis sur fond d'inflation record

“Très forte répression”

Le syndicat a spécifiquement choisi ce magasin car, selon Amar Lagha, il y avait une trentaine d’employés »convoqué au tribunalCréteil par le nouveau gérant (franchisé) pour une journée de grève organisée la semaine dernière. Son “condamnation des conséquences de la location gérance“et”réaffirmer que personne ne peut nous faire taire“, malgré cela “très forte répression“Mouvement suivi”très pacifiste“, – ajoute le responsable syndical.

Lire Aussi :  La réforme des retraites présentée le 23 janvier en Conseil des ministres, annonce Élisabeth Borne

Depuis qu’Alexandre Bompard a pris ses fonctions de patron en 2017, le groupe Carrefour loue chaque année des dizaines de magasins, dit-il, pour relancer l’activité et sauver des emplois, alors que les syndicats dénoncent la rupture sociale. son nom. La gestion locative est une forme de franchise où le gérant du magasin n’est pas propriétaire de l’entreprise, elle reste donc détenue par Carrefour. Contacté par l’AFP, le groupe Carrefour a indiqué que le magasin étant une franchise, il n’était pas directement impliqué et n’avait donc pas besoin de commenter.

Lire Aussi :  avec la réforme de l’assurance-chômage, l'exécutif espère un important retour à l’emploi

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button