plusieurs dizaines de perquisitions en cours dans des Ehpad du groupe

Plus d’une dizaine d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du groupe Orpea ont été perquisitionnés, mardi 15 novembre, dans le cadre d’une enquête ouverte à “harcèlement institutionnel”, confirmé parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine).

Ces perquisitions, qu’il avait initialement annoncées Médiapart, coïncide avec le dévoilement d’un plan d’assainissement des pratiques et des finances du groupe, malgré les scandales. mis en œuvre “dans toute la France”, devrait se répandre “dans quelques jours”, a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) une source proche du dossier. Déjà en juin, le siège du groupe et la direction régionale avaient été perquisitionnés dans le cadre d’une même enquête pour “harcèlement institutionnel”, ainsi que d’autres, ouverts à la délinquance financière. Orpea a assuré avoir contacté l’AFP “mobilisé pour soutenir les enquêtes en cours”.

Dans le livre d’enquête pompes funèbresle groupe, présent dans 23 pays et exploitant plus de 350 établissements en France, a été accusé de maltraitance d’habitants, de fraude comptable et de pratiques douteuses en matière de ressources humaines.

Lire Aussi :  à la RATP, Jean Castex veut se concentrer sur le "cœur de métier"
Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Orpea : la Caisse des dépôts fixe les conditions d’entrée au capital du groupe privé Ehpad

“Ces recherches sont une bonne chose”

Au terme de deux enquêtes administratives, le gouvernement a remis un rapport à la justice. Fin avril, le parquet de Nanterre a ouvert une enquête en deux volets, l’un pour malversations institutionnelles, et l’autre pour délits financiers. Ces enquêtes ont été fusionnées avec une enquête en cours sur les violations du droit du travail.

Lire Aussi :  Marche blanche silencieuse en hommage à la collégienne tuée en Lot-et-Garonne
Extraits du livre “Undertaker”: Article réservé à nos abonnés “La terrible odeur d’urine se faisait déjà sentir dès l’entrée” : extraits de “The Undertaker”, une enquête sur les affaires de la vieillesse

Le volet maltraitance institutionnelle repose notamment sur une cinquantaine de plaintes de familles de résidents pour « mise en danger de la vie d’autrui », « non-assistance à personne en danger », « homicide involontaire » et « violences par négligence ». L’avocate Sarah Saldman représente la grande majorité d’entre eux. “Ces perquisitions sont une bonne chose, elles peuvent éclairer certaines actions possibles qui n’ont pas été identifiées jusqu’à présent”a-t-elle déclaré à l’AFP.

Lire Aussi :  comment les décisions de justice se sont imposées au gouvernement
Lire aussi : Article réservé à nos abonnés A Orpea, un nettoyage au top et une tentative de sauvetage financier

Dans le même temps, Orpea a porté plainte contre X et mi-mai une enquête préliminaire a été ouverte, notamment pour abus de biens sociaux. Fin septembre, le groupe a annoncé vouloir « Une meilleure prise en charge des résidents, du personnel et des soignants grâce à un programme ambitieux d’emploi et de formation continue ». Elle prévoit d’employer 550 personnes par mois d’ici la fin de l’année, dont la moitié sont des infirmières. Il vise à porter à 800 emplois mensuels en 2023.

Lundi avec AFP et Reuters

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button