premières pistes et premières réserves autour de France Travail

Le ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Intégration Olivier Dussopt s'entretient avec la Première ministre Elisabeth Bourne à l'Assemblée nationale, à Paris, le 3 novembre 2022.

Les contours du futur service public de l’emploi se dessinent progressivement. Le ministère du Travail a présenté son premier “suggestions” o France Travail lors de la deuxième “comité des parties prenantes”, mardi 8 novembre, un mois et demi après la première. Partenaires sociaux, collectivités locales, associations et acteurs de l’emploi savent donc un peu plus sur ce qui les attend potentiellement. Et, à un mois environ de la fin de la mission de préfiguration, départements et syndicats expriment leurs inquiétudes et leurs réserves sur plusieurs aspects.

Le haut-commissaire à l’emploi, Thibaut Guilloui, en charge de cette phase préparatoire, a partagé les idées recherchées pour la création de France Travail, qui doit réformer le service public de l’emploi en réorganisant ses différents acteurs autour du guichet pour mieux orienter les demandeurs d’emploi. Une dizaine d’expérimentations locales seront lancées début 2023 pour la mise en place du dispositif un an plus tard.

Lire Aussi :  Le gouvernement « a eu trop recours à des cabinets de conseil », reconnaît Bruno Le Maire
Lire aussi : Article réservé à nos abonnés France Travail : vers un lieu unique pour l’emploi

Le projet vise spécifiquement à améliorer l’accompagnement des chômeurs, notamment les plus éloignés du marché du travail. Outre le projet de réforme du revenu de solidarité active (RSA) pour le conditionner à quinze heures d’activité, promesses de campagne d’Emmanuel Macron, le gouvernement sollicite, selon un document de travail qui Le monde a pu consulter, améliorer les services avec un “délai de réponse sous quarante-huit heures” et “lieux de rendez-vous urgents”. « Des offres de solutions structurelles (contrats aidés) en volume suffisant sur tout le territoire » donc pourrait être offert aussi « des partenariats renforcés ». avec privé »telles que les associations.

Lire Aussi :  Elle sera la future astronaute française : 4 choses à savoir sur Sophie Adenot

“Notre vocation n’est pas de les sanctionner”

Cependant, les partenaires sociaux ont appelé à la vigilance sur cette question de l’accompagnement, l’assurance chômage jouant un rôle dans celui des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi. Cependant, les négociations sur la gestion de l’Unedic, l’organisme paritaire qui gère le système, doivent débuter prochainement. “Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs et plusieurs d’entre nous ont interpellé le Haut-commissariat pour demander que la gestion de l’assurance-chômage soit discutée en priorité.”prévient Denis Gravouil, de la CGT. “Le document de préfiguration présenté en décembre ne doit pas empêcher les négociations sur la gouvernance”ajoutons-nous du côté de la CFDT.

Lire Aussi :  Six engagés, cinq qualifiés : La France respire au classement UEFA

Il vous reste 53,63% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button