Quand Banksy appelle à piller une boutique de vêtements qui utilise l’une de ses œuvres sans autorisation

Ils ont utilisé mon travail sans me demander la permission, comment pourriez-vous être coupable d’en faire autant avec leurs vêtements ?» : Ce n’est pas parce que Banksy est resté un artiste anonyme pendant des années que ses œuvres n’appartiennent à personne. C’est en tout cas ce que l’artiste tente de défendre sur les réseaux sociaux, insistant régulièrement pour empêcher une utilisation non autorisée de son œuvre.

Dans les nuits de Banksy : une collection de la marque Guess créée en collaboration avec Brandalised, une agence qui propose de poser des œuvres street-art célèbres sur des vêtements ou des objets de décoration. La collection Guess comprend donc également les œuvres de Banksy parmi ses pièces. Et dans la vitrine d’une de ses boutiques londoniennes, la marque a exposé l’un des visuels les plus célèbres de l’artiste, son “Flower Thrower”, un homme qui lance un bouquet de fleurs comme on lance un cocktail Molotov.

Pour voir ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux sociaux.

Ces cookies vous permettent de partager ou de réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connecté ou d’intégrer des contenus initialement publiés sur ces réseaux sociaux. Ils permettent également aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Lire Aussi :  Quinté PMU - Pronostic du PRIX CEREALISTE 29 oct. 2022


Truc publicitaire ou fake deal ?

Après l’appel de Banksy, Guess n’a pas officiellement réagi, mais a fermé sa boutique de Regent Street à Londres, celle photographiée sur le fil Instagram de l’artiste, et a recouvert la vitrine de papier blanc. “Brandalised affirme avoir le droit de commercialiser et d’utiliser les œuvres de Banksy», a expliqué Liz Ward, avocate en propriété intellectuelle, à la BBC. Le problème : comme on ne sait pas qui est Banksy, on ne sait pas vraiment si l’artiste a effectivement donné son consentement – ni même s’il était au courant de ce contrat.

Autrement dit, soit Banksy s’offre une énorme arnaque publicitaire avec cette invitation à vandaliser un magasin avec lequel il a indirectement conclu un contrat, soit la marque Guess a réellement produit ces vêtements et décorations vestimentaires sans autorisation… ou envisage d’avoir une autorisation qui en réalité n’était pas authentique.

“Banksy n’est pas dans le business de la vente”

Sur Internet, le site “Pest Control” se présente comme un affilié de Banksy, ce qui permet, notamment aux collectionneurs d’art, de vérifier si l’oeuvre est bien le vrai Banksy et si l’artiste a autorisé sa vente –

car de nombreux Banksy volés circulent aussi sur le marché de l’art. Ça lit: “Banksy crée de l’art (…). Le marchandisage consiste à prendre une œuvre d’art et à la placer sur un cadre photo ou dans un contenant de papier toilette. Banksy ne fait pas de merchandising. Donc, curieusement, si quelque chose ressemble à un “produit Banksy”, ce n’est probablement pas le cas.“.

Cette situation n’est pas la première : en 2018, un lieu de street art bruxellois a été contraint de fermer une exposition consacrée aux œuvres de Banksy. L’exposition a été organisée par une agence allemande qui l’a planifiée sans autorisation. Pour cette raison, les œuvres de l’exposition ont été mises en faillite et l’exposition a été fermée après quelques jours. Selon le site de l’artiste, aucune exposition “officielle” de l’oeuvre de Banksy n’est facturable – l’exposition qui se tient à Paris depuis plusieurs années n’est donc pas officielle.

Banksy peut-il protéger ses peintures ?

Mais la situation est encore plus difficile pour Banksy du fait de l’anonymat de l’artiste : s’il veut vraiment préserver son identité… il ne peut pas porter plainte. En 2020, la situation est encore plus délicate : dans un conflit qui l’oppose à un éditeur de cartes de vœux (à propos du même visuel “Flower Thrower”), Banksy refuse à l’Office européen de la propriété intellectuelle de protéger le visuel en tant que marque déposée, compte tenu de la fait qu’il est resté anonyme. “Banksy a choisi de rester anonyme et a plus souvent peint des graffitis sur la propriété d’autrui sans leur permission, plutôt que de le peindre sur toile ou sur sa propre propriété.” même déclaré ce bureau.

Enfin, la semaine dernière selon The Art Newspaper, Banksy a pu conserver ses droits auprès de l’Office européen de la propriété intellectuelle sur l’une de ses créations, un pochoir représentant un singe portant un panneau publicitaire sur ses épaules.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button