rejet de la plainte de l’Ordre des médecins contre le Pr Perronne

Le procès contre Christian Perron a condamné ses “propos outrageants contraires à tout principe de dignité” et l’a accusé de “faire courir des risques déraisonnables aux patients” avec sa défense de l’hydroxychloroquine.

La plainte déposée en décembre 2020 par le Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom) contre le professeur Christian Perron, en raison de propos jugés polémiques sur l’épidémie de Covid-19, a été rejetée en première instance, a-t-on appris lundi 24 octobre.

Le recours du Conseil National de l’Ordre des Médecins est rejeté», a tranché le collège de discipline du conseil régional d’Ile-de-France, dans une décision publiée vendredi, dont une copie a été obtenue lundi par l’AFP. Contacté, le Cnom a indiqué son intention de faire appel”dès que possible“.

Lire Aussi :  Réchauffement climatique: l'objectif de 1,5°C est mort, alertent des scientifiques - 27/10/2022 à 18:48

“Risque injustifié”

Il y a près de deux ans, le Cnom a examiné une série de plaintes ou de signalements adressés à des médecins, à la recherche de faits ou de commentaires rendus publiquement sur la pandémie de coronavirus. Il a décidé de saisir les chambres disciplinaires de premier degré de plaintes ou de se joindre au procès en cours contre six médecins, dont l’infectiologue Christian Peron, alors chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garchus (Hautes-de -Seine).

Dans son appel, le Cnom a condamné son “propos outranciers contraires à tout principe de dignité” , aussi bien “quelques règles de déontologie médicale“, et l’a accusé d’avoir”représente un risque injustifiépatients avec sa défense de l’hydroxychloroquine. Les arguments ont été rejetés par la chambre disciplinaire, qui a estimé que les positions prises par le professeur Peron »n’a pas menacé les actions des pouvoirs publics“, ni promu”moyen ou procédé illusoire ou insuffisamment prouvé“.

Lire Aussi :  Aide des LR ou 49.3 ? Les pistes du gouvernement pour faire passer sa réforme

“Discours antique”

Déclarant que cela “spécialiste internationalement reconnu” a été “crédibles’exprimer sur le sujet jeavait même l’obligation“, l’instance souligne que le défendeur n’est pas”appelé à la violence, ou incité à la haine, ou prononcé un discours antivac“” et que ce n’est pas non plus “sérieusement impliqué par des collègues“. L’infectiologue controversé Christian Peron a été démis de ses fonctions de chef de service fin 2020 après avoir déposé plainte auprès du Cnom.

Lire Aussi :  La Nasa tente pour la 3e fois de faire décoller sa méga-fusée pour la Lune

Depuis 2020, AFP Factual et de nombreux autres médias ont consacré plusieurs articles de vérification à certaines déclarations du professeur Peron sur la vaccination contre le covid, dans lesquelles de nombreux scientifiques ont démenti ses propos.

VOIR ÉGALEMENT – Gestion Covid : Eduard Philip placé sous statut de témoin avec le concours de la Cour de justice de la République

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button