«Sir Alfred», le SDF qui a inspiré Spielberg et son film « Le Terminal », est mort à l’aéroport de Roissy

En 2004, au moment de la sortie du film “Terminal”, Roissy reçoit sur le banc rouge de l’aéroport des journalistes venus en masse du monde entier pour rencontrer celui qui a inspiré le réalisateur américain Steven Spielberg. Mehran Karimi Naseri – alias Sir Alfred, comme il se faisait appeler – est décédé ce samedi dans le même aéroport, où il a passé dix-huit ans de sa vie.

Il est décédé de causes naturelles peu avant midi au Terminal 2F, a indiqué une source aéroportuaire. Après avoir dépensé l’argent reçu pour le film, ce réfugié politique iranien est retourné à l’aéroport pendant plusieurs semaines, a ajouté la même source. Plusieurs milliers d’euros ont été retrouvés sur lui.

Lorsque nous l’avons rencontré, il y a dix-huit ans, il se disait « flatté de voir que son expérience peut inspirer des films » et accordait jusqu’à six interviews par jour. Il passait ses journées à écrire “sur sa vie” dans un cahier, à étudier, “à lire la presse américaine et anglaise” ainsi que des romans.

« Mais bon, allez, ce n’est pas la vie ! J’espère que Terminal m’aidera à aller aux États-Unis », espérait-il. Rêvant alors d’un “happy end en Californie…”

Lire Aussi :  rejet de la plainte de l'Ordre des médecins contre le Pr Perronne

Statut de réfugié en France

Né en 1945 à Masjed Soleiman, dans la province iranienne du Khuzestan, Mehran Karimi Naseri s’est installé à Roissy, au nord de Paris, en novembre 1988, après un long voyage – à la recherche de sa mère – qui l’a conduit à Londres. , Berlin ou Amsterdam. Chaque fois, les autorités l’ont expulsé parce qu’il ne pouvait pas présenter les papiers.

En 1999, il obtient le statut de réfugié en France et un titre de séjour. Mais, confus, l’exilé refuse de signer ses nouveaux papiers. “Ils ne sont pas à mon nom.” Je ne suis plus ce que j’étais. Je m’appelle Sir Alfred Merhan et je ne suis pas iranien. “Mon père était suédois et ma mère était danoise”, a-t-il expliqué. “La folie a définitivement gagné”, écrivait alors L’Express.

Décidant de faire de Roissy son refuge, Sir Alfred se familiarise avec le personnel de l’aéroport et la figure emblématique, qui fait l’objet de nombreux reportages télévisés et radiophoniques, français et étrangers, avant sa consécration cinématographique. Son quotidien se déroule alors dans un triangle de quelques mètres carrés, entre sandwichs et McDo’s. Une toilette d’aéroport se double d’une salle de bain. Il apportait régulièrement des vestes et des pantalons aux nettoyeurs.

Lire Aussi :  nucléaire, éolien, solaire, à quoi tournera la France de demain ? Le débat public s’ouvre

« Honnête mais pas bavard »

En 2004, un vendeur le décrit comme un client “honnête mais pas bavard”. “C’est un ermite, il me fait penser à un moine plongé dans l’univers moderne”, a également laissé entendre la blanchisseuse.

Tom Hanks est celui qui a interprété son rôle dans “Terminal”. Son histoire a également inspiré le réalisateur français Philippe Liore, avec “Tombes du ciel”, publié en 1994.

Tom Hanks a joué le rôle de Sir Alfred dans Dreamworks LLC 2004 de Spielberg Paramount Pictures Corporation
Tom Hanks a joué le rôle de Sir Alfred dans Dreamworks LLC 2004 de Spielberg Paramount Pictures Corporation Dreamworks LLC Paramount Pictures Corporation

En 2006, deux ans après le film de Spielberg, Sir Alfred est passé de l’aéroport à l’hôpital, avant d’être placé à Emmaüs Home, a rapporté Libération. A l’époque, il vivait dans un hôtel grâce à l’argent de “Terminal”.

Sur place, à l’aéroport de Roissy, certains se sont souvenus avec tristesse l’avoir vu récemment assis avec ses affaires. “Il s’est assis à sa place, toujours à la même place, et il n’a pas bougé.” Devant lui se trouvaient ses affaires dans un chariot. Quand ADP a mis un drap blanc autour des sièges cet après-midi, je me suis rendu compte qu’il s’était passé quelque chose”, confie ce samedi soir un employé de la compagnie aérienne présent au terminal 2F. “Je l’ai vu là-bas tous les jours”, ajoute-t-elle, faisant référence au hall des arrivées du terminal où une rangée de quatre sièges sont désormais scotchés afin qu’ils ne soient pas utilisés. “C’était une personne très calme, qui ne posait aucun problème, mais il ne parlait à personne.” »

Lire Aussi :  Pour quels motifs la France refuse-t-elle toujours la réintégration des personnels de santé non vaccinés ? – Libération
Deux places où "monsieur alfred" qui se tenait debout depuis son retour à Roissi ces dernières semaines, étaient entourés de rubaliz.
Les deux sièges où « Sir Alfred » se tenait depuis son retour à Roissy ces dernières semaines étaient entourés de rubaliza.

Son collègue confirme le silence de “Sir Alfred”. “D’autres sans-abri demandent de l’aide, demandent de la nourriture.” Il n’a rien dit, il n’a rien demandé, il n’a pas d’argent”, a-t-il témoigné. “Il est venu et nous ne l’avons plus revu, de temps en temps.” La dernière fois que je l’ai vu, c’était il y a deux ou trois semaines. Il était toujours assis à la même place. » Son collègue poursuit : « Ces dernières semaines, il ne semblait pas aller très bien. Il regarda fixement les baies vitrées, la bouche ouverte. Dans cette position, où il a passé une grande partie de sa vie, il a dû rendre son dernier souffle.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button