Un jeu “antifa” vendu à la Fnac crée la polémique, l’enseigne le retire de son site internet

la chose principale
Dimanche 27 novembre, la Fnac, fustigée sur les réseaux sociaux par le syndicat des commissaires et plusieurs élus RN, a retiré de son site internet un jeu de société “antifa” qui proposait aux joueurs de recréer un groupe antifasciste fictif.

Antifa, le jeu, n’est plus commercialisé sur le site de la Fnac. Le jeu de société, créé par le site antifasciste La Horde, disponible depuis le 10 novembre, a été retiré du site Internet de la marque de produits culturels après un débat houleux sur les réseaux sociaux.

Ce dimanche 27 novembre, plusieurs élus du Syndicat national des commissaires de police (SCPN) et du Rassemblement national ont fustigé la Fnac et alerté sur le contenu de ce jeu. Face à la polémique, la société a annoncé sur Twitter qu’elle « faisait ce qu’il fallait ». ” afin que le produit ne soit plus disponible.

Lire Aussi :  les « success stories » ne sont pas qu’une question d’argent

Nous comprenons que la commercialisation de ce “jeu” ait pu offenser certains de nos téléspectateurs. Nous mettons tout en œuvre pour le rendre indisponible pendant les prochaines heures.

— Fnac (@Fnac) 27 novembre 2022

“Ce ‘jeu’ est en vente sur la Fnac. Un commentaire pour mettre en lumière les antifa qui cassent, brûlent et attaquent lors des manifestations ?” Condamné le SCPN. “Nous comprenons que la commercialisation de ce ‘jeu’ ait pu offenser certains de nos téléspectateurs. Nous faisons le nécessaire pour qu’il ne soit plus disponible dans les prochaines heures”, a répondu le compte officiel de la société.

Antifa, le jeu“initialement utilisé comme outil pédagogique pendant plus de deux ans” mais “finalement publié en septembre 2021 par les éditions Libertalia”, lit-on sur le site de La Horde.

Lire Aussi :  Bourse : le CAC 40 tourné vers l'économie des Etats-unis et la Banque du Japon

Ligne 2 : “J’ai tabassé un militant d’extrême droite”

Samedi 26 novembre, plusieurs élus RN, comme le député Grégoire de Fournas ou son collègue Victor Catto, ont épinglé la Fnac et réclamé la suppression du jeu de société. « Case 1 : « J’ai bloqué l’université » ; Ligne 2 : « J’ai tabassé un militant d’extrême droite » ; Etage 3 : « J’attaque le meeting RN » ; Etage 4 : « Molotov sur CRS a lâché un cocktail » », le l’élu de Gironde a tweeté ce vendredi : “La Fnac, vous n’avez pas honte ?”

Ligne 1 : “Je bloque l’université”
Ligne 2 : “J’ai tabassé un militant d’extrême droite”
Ligne 3 : “J’attaque le meeting RN”
Ligne 4 : “Je lance un cocktail molotov aux CRS”

La @Fnac n’as-tu pas honte pic.twitter.com/wlSY6eJFam

— Grégory Fournas (@gdefournas) 26 novembre 2022

Mais comment @Fnac peut-il commercialiser un tel “jeu” ?

Respectez Antifa, ces groupes haineux qui ne connaissent que la violence pour attaquer notre démocratie et ce que nous avons de plus cher dans notre pays…

Totalement bizarre ! pic.twitter.com/zPfT3ZcfMO

– \u2630 Victor Catteau (@VictorCatteau) 26 novembre 2022

En revanche, l’organisation Action Antifasciste Paris-Banlieue a critiqué la censure de l’enseigne, notant que cette dernière avait également proposé dans la rubrique littérature, Excellent remplacement Par Reno Camus.

Lire Aussi :  « Les loups de Wall Street sortent de leur tanière »

Rappelons que cet ouvrage théorise l’idée complotiste du Grand Echange, selon laquelle il y aura un processus de remplacement de la population française en France par une population non européenne d’origine sud-africaine et maghrébine.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button